60

                                                                              ~~~

61

J’ai entendu Sylbie, mais je n’ai ni la force ni l’envie de parler… 

62

Sylbie, l’infirmière vient de partir, tu peux enfin aller la voir.
- Pourquoi ce n’est pas le médecin qui vient la voir ?
- Il était absent aujourd’hui, alors il lui a envoyé une infirmière, il ne voulait pas la laisser sans surveillance avec ce qui se passe.
- Il est consciencieux ce médecin.
- Par contre, ne t’étonnes pas si elle ne parle pas, les calmants l’assomment.
-D’accord, Mama.
- Sylbie, je vais rester avec Mama, va-là voir seule.
- D’accord Côme.

63

Mon Dieu… Angie.

64

Angie,  c’est moi Sylbie.

65

Angie, mon amie, ma petite sœur, je sais que dans ces moments-là les mots sont inutiles, que tout ce que je pourrais te dire ne soulagera pas ta douleur, que le chagrin qui m'accable est insignifiant comparé au tien et à celui de Mama, mais Côme et moi, on tenait à être là pour toi, pour vous, pour lui, car Nicolas était notre ami.

66

Je suis consciente que Nicolas laisse un vide effroyable que rien ne pourra combler ou remplacer, mais il continuera à vivre en toi, en cet enfant que tu portes, en nous pour toujours. 
Tu peux compter sur moi et les autres pour être présent à chaque fois que tu en sentiras le besoin.
Je vais te laisser te reposer, mais je ne serais pas loin.

67

Sylbie pardon, pardonne-moi, mais je n’avais pas la force de dire quoi que ce soit… tout ce que je veux, c’est que l’on me rende Nicolas ou que la mort m’emporte, moi aussi. 
Je voudrais être, là où plus rien ne pourrait nous séparer de Nicolas. J’appelle la mort, mais elle reste muette à mon appel.

68

Elle t’a dit quelque chose ?
- Non, rien ! Elle ne m’a même pas regardé. Tu crois qu’elle m’en veut ?
- Ne dis pas de bêtises Sylbie, elle est sous le choc. 
- Elle était là, allongée sur le lit, sans aucune réaction ni émotion, comme si elle, aussi était déjà partie.

69

Sylbie, elle n’est pas partie, elle est toujours avec nous. Mama m’a dit que depuis qu’elle sait qu’elle est enceinte, elle n’a pratiquement plus prononcé de mots.
Mais je suis sûr que même si elle n’a rien dit, cela lui a fait du bien de t’entendre.
Maintenant à toi qui la connais bien de faire ce qu’il faut pour la faire réagir, je sais que tu trouveras.

70

J’avais donc raison, vous étiez là pour nous montrer que nous n’avions aucune chance Nicolas et moi. Que toutes ces batailles que l’on a surmontées et gagnées étaient une cause perdue, qu’au final, vous alliez me le prendre. 

71

Pourquoi lui et pas moi ?  

72

                                                                 ~~~

73

Vous avez réussi à dormir ?
- Difficilement, mais on est content d’être là avec vous. 
- Merci d’être venu si vite, ça été si difficile toutes ces heures, seule pour veiller sur elles.
- Mama paraît plus forte, mais je sais que ce n’est qu’une apparence.

74

Allez Angie, tu vas sûrement me détester, mais il faut que tu te lèves ! Une bonne douche te fera du bien, tu mettras ce que tu veux ensuite, mais je ne veux plus te voir sur ce lit, quitte à ce que je te porte moi-même sous la douche.

75

Moi aussi, je redoute le moment où elle va craquer. Depuis la tragédie Mama a veillé sur Angie, elle s’est faite forte pour elle, mais j’ai peur. 
- Pour le jour de l’enterrement
- Oui, je redoute ce jour, Sylbie est avec Angie ?
- Oui, elle va essayer de la faire sortir de la chambre.

76

Je suis consciente de l’effort qu’il t’a fallu, mais je suis contente que tu l’aies fait. Maintenant que tu continues à ne pas me parler, ça ne m’ennuie pas. 
Oui, ce n’est pas grave, je suis consciente de la souffrance qui te submerge, c’est pour cela que je vais rester avec toi, pleurer avec toi sur l’ami que j’ai perdu et ma meilleure amie, ma p’tite sœur qui ne me parle plus.

77

Je suis désolé Sylbie, je ne voulais pas te faire du mal. Pardon, pardon….
- Angie, tu n’as rien à te faire pardonner ! Mais laisse-moi t’aider, s’il te plaît.
- Ooh Sylbie, je voudrais seulement que l’on me rende Nicolas.

78

Si je le pouvais, si j’en avais le pouvoir Angie, je le ferais.

79

Il paraît qu’ils ont déjà celé le cercueil, on ne peut pas le voir une dernière fois ?
- Non, son corps était en lambeaux, c’était mieux ainsi.
- C’est horrible, mais comment ont-ils fait pour l’identifier ?
- Par la moitié du visage qui restait de lui.
- Mon Dieu ! Elles sont allées le reconnaître ?
- Oui, le soir, avant que le médecin ne passe à la maison, la morgue avait réussi à bien cacher son corps et la partie du visage déformé. Angie l’a supplié de se relever, tu imagines... 
- Après tout ça, toi aussi, tu dois être exténuée, alors maintenant que l’on est là, souffle un peu.

80

N’oublie pas que tu n’es pas toute seule… La force qu’il te faut pour te battre, tu la trouveras dans le cœur de ceux qui t’entourent et qui se préoccupent de toi, Angie.
- Je sais…
- Mais pour cela, il faut que tu le veuilles, on ne peut rien faire sans toi.
- Je sais.

82

Tu vois, tu y es arrivé Sylbie.
- Oui, mais j’aurais tellement voulu faire plus, elle souffre tellement.
- Tu as déjà fait beaucoup, tu l’as sortie de son lit.

83

Il faut que j’aille voir le médecin, l’infirmière m’a dit quelque chose qui me perturbe faut que je sache. 
Il m’a dit qu’il sera à la clinique aujourd’hui, il faut que je voie s’il peut me prendre entre deux rdv, j’aurais plus de chance, si je me pointe là-bas directement, que si j’appelle.

84

Bonjour Alice.
- Bonjour.
- Tout le monde dort encore ?
- Pour Mama, oui, j’ai réussi à 5 h du matin à lui faire prendre son cachet pour dormir.
- Et Angie ?
- Je ne sais pas, si c’est ce que tu lui as dit ou fait, mais elle est partie en ville.
- En ville ?
- Oui, elle a laissé un mot sur la table nous demandant de ne pas nous inquiéter qu’elle avait un truc à faire en ville et qu’elle revenait pour le déjeuner.

85

Angie ne va pas tarder, je me demande bien quelle mouche l’a piqué pour qu’elle parte comme ça !
- Elle nous racontera ça à son retour.
- Mais où est Sylbie ?
- Je suis sûr qu’elle surveille l’arrivée d’Angie. Mama, je sais qu’il va y avoir beaucoup de papiers administratifs à régler, mais ne t’inquiète pas, on est là maintenant.
- Merci Côme, pour le moment, je n’ai encore rien fait, je n’ai ni la force ni le courage, pourtant, j’essaie de me battre. 
- C’est pour cela que je te dis, ne t’inquiète pas, on est là.
-Merci.

86

C’était si douloureux de savoir qu’il était là enfermé dans ce caisson, que je lui parlais de ce qui nous arrivait et qu’il ne pouvait même pas se réjouir, alors comment je pourrais moi me réjouir de ce que la vie m'offre ? 
Comment je vais faire maintenant toute seule ?

87

Te voilà enfin.

88

Tu sais à quoi ça sert un portable ?
- Oui, mais…
- Je sais, tu ne l’avais pas pris.
- Je vous ai laissé un mot.
- Tu parles d’un mot ! Alors, tu m’expliques ?

89

Je me suis réveillé tôt ce matin sans pouvoir me rendormir, comme le médecin voulait que je vienne le voir à son cabinet, je me suis dit pourquoi pas aujourd’hui, par chance le gynécologue qu’il m’avait donné avait justement un désistement de dernière minute et a pu me recevoir aussi… Tu m’as dit qu’il fallait que je me bouge, c’est ce que j’ai fait ! 
- D’accord, c’est bien et alors, il a dit quoi ?

90

Que j’étais enceinte.
- La bonne blague ! Ça, on le savait déjà, mais quoi d’autres ?
- Selon l’écho, je serais enceinte de 3 mois, autrement tout va bien.
- Trois mois ? Donc juste avant le déménagement, si mes calculs sont bons.
- Oui.
- Tu veux savoir si c’est une fille ou un garçon ?

91

Non, avec… avec Nicolas, on s’est toujours dit que l’on voulait avoir la surprise.
- Je comprends, alors tout va bien ?
- Oui, il m’a aussi donné beaucoup de trucs à prendre parce que je manque un peu de tout, mais sinon ça va.
- Alors pourquoi, j’ai l’impression que quelque chose te tracasse.

92

C’est seulement que j’aurais voulu partager ces moments avec…
- Désolé, Angie.

93

Tu exagères quand même de partir comme ça, je serais venu avec toi et j’en aurais profité pour passer à la pharmacie. 
- Pourquoi ça ne va pas ? Tu veux que j’appelle mon médecin ?
- Non, ce n’est pas urgent, je le ferais plus tard, mais j’aurais bien voulu savoir.
- Savoir quoi ? Que se passe-t-il ?
- Rien de grave… J’ai seulement un peu de retard.

94

Tu veux dire que tu pourrais être enceinte ?
- Peut-être.
- Tu veux que l’on y aille ? Il pourrait peut-être te trouver un petit créneau pour te recevoir.
- Ce n’est qu’un petit retard, vaut mieux attendre encore quelques jours, on ira si tu le veux après… 
- Après ?
- Oui, dans quelques jours.

95

On serait enceinte toutes les deux, c’est super.
- Oui, mais ce n’est pas encore sûr pour moi, toi par contre, tu as déjà 3 mois d’avance. Serait-ce un petit sourire que je vois se dessiner. 
- C’est parce que je suis contente pour vous deux.
- Sylbie, n’en parle à personne, je voudrais être sûr avant de m’avancer.
- D’accord.

96

Cela m’a donné faim, tu viens manger Angie ?
- Pas tout de suite, je suis encore barbouillé, je mangerais un peu plus tard. 
- D’accord, je vais dire aux autres que tu es rentré.

96

Je suis contente pour eux, ils feront de merveilleux parents.
Désolé, Sylbie, je sais que tu voulais en savoir plus, mais j’ai déjà tellement de mal à réaliser ce qui arrive. 
La vie est en moi, mais si peu de force pour me battre pour elle. 

97

                                                                   ~~~

98

Tu n’es pas prête ? Tu ne viens pas avec nous chercher les filles à l’aéroport.
- Désolé, je vais rester et les attendre ici, je me sens encore barbouillé.
- C’est normal dans ton état.

99

Je vois que tu as encore mis ton tee-shirt favori.
- Il est très confortable, je suis à l’aise avec lui.
- Ce n’est donc pas parce qu’il était à Nicolas que tu le portes, c’est uniquement une question de confort ?
- Exactement.

100

Allez, repose-toi Angie en attendant notre retour.
- C’est ce que je vais faire.

101

Cela m’a fait tellement de peine de voir Angie comme ça, elle est là et en même temps sans y être, je ne sais pas comment l’expliquer.
- Oui, je sais ce que tu veux dire, un peu comme l’ombre d’elle-même.
- Oui, c’est ça, j’espère qu’elle arrivera à refaire surface.
- Oui, je l’espère au moins pour l’enfant qu’elle porte.

102

Tu disais dans la voiture qu’elle est partie sans rien vous dire pour faire son échographie ?
- Oui, c’est ce qu’elle nous a dit quand elle est rentrée. Au début, on s’est dit qu’elle était peut-être partie au funérarium, mais non, en tout cas, elle n’en a pas parlé, mais que veux-tu que l’on fasse, on ne peut quand même pas la fliquer !
- Ce n’est pas évident et tu as vu l’écho ? On peut déjà savoir si c’est une fille ou un garçon, non ?

103

Je n’ai pas osé lui demander de me la montrer, je voyais bien qu’elle n’avait pas envie de s’attarder dessus, en plus, elle m’a dit qu’elle voulait avoir la surprise sur le sexe de l’enfant, mais je sais que quelque chose la tracasse.
- Tu penses qu’il y a un problème avec l’enfant ?
- Non… Elle m’a dit que tout aller bien, pourtant...
- Sûrement, parce qu'elle se retrouver enceinte sans Nicolas à ses côtés.
- Certainement.

104

Et Phil ?
- Il arrive demain soir et pour les autres ?
- Demain dans la journée, mais j’ai prévenu tout le monde qu’Angie était très instable qu’il fallait faire attention à ne pas trop la fatiguer ainsi que Mama qui est à deux doigts de craquer.
- Tu as bien fait.
- Alice aussi est exténuée, alors je lui ai dit que je préparerais le dîner de ce soir.
- On va toute t’aider.

105

Enfin seule dans notre maison, puis-je dire encore notre maison ? Nicolas…Comment vais-je pouvoir avancer dans cette vie sans ta présence. Je ressens tellement de colère contre toi, je te faisais confiance quand tu me disais que jamais tu me laisserais. Si seulement je pouvais te détester un peu, pour que cette existence me soit plus supportable… mais je sais que je n’y arriverai pas, tu es mon amour, mon seul amour pour l’éternité.

106

J’ai entendu dire, qu’il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants, mais celui qui a écrit ça n’avait sûrement pas perdu l’être le plus important de sa vie.

107

Nicolas, je ne veux pas de cette vie, pas sans toi.